Le Boulevard des Ursulines à Die

par Sylvaine Laborde-Castex

Ce boulevard de Die situé entre les boulevards du Ballon et Adolphe Ferrier, suit en partie le pied du rempart Ouest de la ville. En 1863, la ville a cédé comme de nombreuses bourgades françaises à ce vent de modernité qui consiste à poser des plaques indicatrices dans les rues, places ou impasses. Parmi les 158 plaques dioises fixées, une artère nouvelle située entre la porte Saint-Vincent et la tour Drojat prend le nom de boulevard des Ursulines. La ville de Die nomme cette voie en souvenir des Ursulines, des religieuses moniales dont le couvent était situé dans ce quartier jusqu’à la Révolution (1). 

Le domaine des Ursulines , la montée des Prisons n’est pas encore crée,  les plantations de platanes et marronniers sont figurées sur le plan cadastral de Die d’août 1823 (Archives départementales de la Drôme)

Les Ursulines

Vouées à des oeuvres charitables, à l’éducation et l’enseignement, les ursulines reconnaissaient comme inspiratrice Sainte-Angèle de Merici qui fonda en Italie du Nord une compagnie de religieuses sous le patronage de Sainte-Ursule (2). Selon ses biographes, Angèle Merici (1474-1540) reçut la révélation de sa mission dans un champs : « fonder une compagnie de vierges appelée à se développer largement dans l’avenir. » « En 1516, elle s’établit à Brescia, une ville dévastée par les armées françaises durant les quatre années précédentes et qui deviendra un peu plus tard la plus luthérienne des villes d’Italie selon les dires du pape Clément VII. « Angèle Merici est une de ces auxiliaires œuvrant pour le rétablissement de la foi [catholique]» nous apprend Ginette Guillorit dans son livre consacré aux Ursulines de Crest. Elle poursuit « A l’époque de la création de la Compagnie d’Angèle, l’église ravagée par la Réforme, cherche à se reconstruire. Saine-Ursule est regardée par les jeunes filles restées dans les rouages de la religion catholique, peut-être même par celles qui cherchent leur voie, comme un phare spirituel. La compagnie de Sainte-Ursule se répand en Italie dès la fin du XVIe siècle, mais aussi dans des territoires qui sont aujourd’hui ceux de France, Belgique et en Europe Centrale.»

Le Boulevard des Ursulines aux environs de 1900

On peut alors aisément comprendre pourquoi en mai 1638, l’évêque de Valence et de Die, Charles-Jacques de Gélas de Léberon donnent des lettres d’obédience aux sœurs ursulines France de Villeneuve, Marthe Jobert, Paule de Cellarier, Marguerite Rambaud, Marie Angel, Marguerite de Chabrilan et Isabeau Pissis, « a effet de se rendre à Die pour y fonder un monastère ». Ces Ursulines venues de Montélimar étaient donc toutes trouvées pour rétablir la « bonne parole » dans une ville majoritairement protestantes.   La mère Isabeau Pissis dirigea pendant trois ans le monastère de Die avant de repartir pour Montélimar. Le chanoine Jules Chevalier rapporte que « l’arrivée des sœurs avait été à Die un événement, et les dames de la ville catholiques et protestantes, leur rendaient de fréquentes visites, si bien que le consistoire en fut scandalisé et par délibération interdit aux protestants « d’aller visiter les nonnains de nouveau establies. » Les Ursulines ouvrirent une école à l’hôpital puis une autre dans leur couvent en 1739, pour les filles protestantes arrachées à leurs familles. Après avoir occupé différents immeubles une maison appartenant à Catherine Reynier, puis deux autres maisons propriétés de la famille Delamorte, et au chanoine Gabriel Vigue située au Marché, en 1647, la communauté, placée sous la responsabilité de Paule Cellarier, achète à Jean Giraud, pasteur à Beaurières la maison de Chabestan (3) et le « clos d’Aix.  Ce clos est un jardin situé tout près, mais hors des remparts (aujourd’hui il s’agit des parcelles où sont installés les écoles publiques, l’ancien stade de Chabestan et la salle polyvalente). Elles achetèrent en 1648 trois autres maisons voisines, et en 1658 un jardin (aujourd’hui la placette) appartenant à David Roman, avocat pour agrandir leur couvent. Elles s’appuient alors sur le rempart et obtiennent du duc de Lesdiguières (gouverneur du Dauphiné), « l’autorisation d’usurper le chemin de ronde ». (4) Ad. Rochas qui a consacré un petit fascicule à l’histoire des Ursulines de Die rapporte que les « bâtiments étaient divisés en deux parties bien distinctes, ayant chacune leur affectation spéciale. La première, formée par la maison de Chabestan, était le couvent proprement dit. Elle contenait trois dortoirs subdivisés en vingt-cinq cellules. [Celles-ci] contenaient un lit, un prie-Dieu, une table, deux chaises, une armoire et quelquefois un tableau de dévotion. L’autre partie des bâtiments avait été disposée pour un pensionnat. Elle était séparée du couvent par un petit jardin ». Le Couvent possédait également une chapelle richement décorée (5). Jules Chevalier dans son Essai historique de l’église et la ville de Die précise que « chaque religieuse devait en entrant apporter une dot d’au moins 1800 livres et 200 livres pour l’ameublement de sa cellule. Ces différentes ressources firent du couvent de Die, un dès plus riches de la province » poursuit Chevalier. 

Etat actuel du couvent des Ursulines, le bâtiment proche de la route a été totalement reconstruit au 19e siècle

Les Ursulines accueillaient également des pensionnaires et des demi-pensionnaires (en 1680, le prix de la pension était de 100 livres). Le couvent des Ursulines de Die fut pendant plusieurs décennies le seul établissement spécialisé dans l’instruction des jeunes filles de la bourgeoisie.  Les Ursulines avaient également d’autres domaines agricoles à Aurel et à Menglon (domaine de Blanchon). Le couvent était administré par trois dignitaires explique A. Rochas : la supérieure (chargée de la direction spirituelle, élue tous les trois ans au scrutin secret et à la pluralité des voix), l’assistante ou sœur « écoute » et la zélatrice. L’assistante suppléait la supérieur tandis que la zélatrice avait pour principale mission de rappeler en permanence aux sœurs la règle de Saint-Augustin à laquelle étaient assujetties les Ursulines depuis 1542.(6) Parmi les supérieures du Couvent on peut citer les sœurs : Isabelle de Plissis, Paule Cellarier, Suzanne de Saint-Benoit Morel, Florence de Sainte-Thérèse Peyrol, Madeleine de Saint-André Giraud, Geneviève de Saint-Jean de Beaumont. Le couvent des Ursulines semble avoir subsisté à Die, plus longtemps que les autres congrégations religieuses de Die comme les Cordeliers ou les Dominicains. Les soeurs ont même prêté de l’argent à la communauté au début de la Révolution. En avril 1792, alors que l’assemblée nationale abolit toutes les confréries religieuses et ordres religieux (7), il faudra atteindre le mois de juin pour voir des révolutionnaires diois s’attaquer au couvent des Ursulines. « Le 17 juin, vers 6h du soir, il se forma un rassemblement tumultueux près de l’enclos de Chabestan, et quelques individus commencèrent à démolir le mur de clôture » retrace A. Rochas d’après les archives départementales. Malgré la présence des gardes nationaux, la démolition continua pendant la nuit tandis que d’autres allaient « à la porte d’entrée du couvent proférant des menaces et des injures contre les religieuses. Naturellement, celles-ci prirent peur, elle ne se crurent plus en sûreté, et quelques jours après, le 23 juin, elles abandonnèrent définitivement la maison pour se retirer dans leurs familles. Le bâtiment tombé dans le giron des biens nationaux à la faveur d’une vente du directoire départemental deviendra ensuite une caserne de gendarmerie puis une prison en 1808.

Le souterrain des Ursulines

Pour accéder à leur jardin situé en contre-bas du rempart, que les Ursulines avaient transformé en jardin d’agrément, elles demandèrent l’autorisation à la ville de faire pratiquer un passage souterrain pour s’y rendre sans être vues. 

Entrée du souterrain, côté Chabestan, état actuel

Mais pendant la Révolution, ce passage suscita des inquiétudes. Il pouvait apporter une vulnérabilité à la ville en permettant aux « ennemis de la République » et autres « brigands » de rentrer clandestinement dans la cité. On fit donc murer une des portes d’accès à ce souterrain. On peut toujours observer l’autre porte qui donnait accès au clos, sous la route départementale, à côté de l’escalier d’accès au stade.

Une percée dans le rempart

Sous la municipalité de Emile Laurens, la ville décide d’élargir ou d’ouvrir certaines rues. Ainsi entre 1867 et 1869, le rempart est percé en face de la gendarmerie pour créer un nouveau accès pour entrer dans le centre de la cité. Le projet sera long à réaliser et à terminer. Aujourd’hui, il nous parait difficile d’imaginer que cette entrée dans la ville n’a pas toujours existé.

La montée des Prisons, créée entre 1867 et 1869 sous la municipalité Emile Laurens (aujourd’hui rue Félix Germain)

Les traces du passé De l’ancien rempart antique, peu visible dans cette partie de la ville, il reste peut de vestiges, deux tours sont encore visibles. Celle qui fait l’angle avec le Boulevard Adolphe Ferrier et une tour rabotée à l’angle de la rue Anglaise. La tour située devant l’ancienne porte Englène (aujourd’hui rue Jean Jaurès) a disparu. Du siècle passé, on peut aussi contempler les portes de garages qui gardent la trace des anciennes activités artisanales. Du pied du rempart, à la promenade du dix-neuvième siècle, cette artère est devenue, depuis l’avènement de l’automobile, une voie majeure de notre ville.

Le boulevard des Ursulines devant la salle polyvalente au printemps 2020

Un résumé plus complet de l’histoire du couvent des Ursulines de Die paraitra dans le prochain numéro des Chroniques du Diois programmé début juillet 2020

En parcourant le censier d’Amédée de Genève

par Jean Daspres

En parcourant le Censier[1] de l’Evèque de Die Amédée de Genève[2]  (document du XIIIe  siècle écrit en langue vulgaire et annoté par J. BRUN-DURAND[3])  parlant des paroisses de  Die, Montmaur  et Aurel ,on retrouve  assez souvent,avec des graphies  plus ou moins différentes des vieux noms de lieux , rues et familles dioises. Voici quelques exemples : +La Gueira :Laguire (canton cadastral) +Mauri :Maurin ;Morin (nom de famille) +Chamargal :Chamarges (canton cadastral) +Saint Vincentz : Saint Vincent (quartier de Die) +Granoval : Grenoble +Maladeira : Maladrerie (quartier de Die) +Tardius : Tardif (nom de famille) +Saint Peire : Saint Pierre (quartier de Die) +Cocosa :Cocause (idem) +Rollant : Rolland (nom de famille) +Poiols :Poyols +Belregard : Beauregard (canton cadastral) +Chasteillon :Chatillon +Saint Saornin : Saint Sornin (quartier de Die) +Symont : Simon (nom de famille) +Drogo : Drogue (idem) +Garainnoz : Garagnon (idem) +Puei Urgnon :Purgnon (quartier de Die) +Ainartz :Eynard (nom de famille) +Lolmet :Lhomet (quartier de Die) +La Chabreria : La Chèvrerie (ancienne dénomination d’une rue de Die) +Aucelo :Aucelon +Romier : Romeyer +Lombart : Lombard (nom de famille) +d’Aspres : Daspres (idem) +Vallée de Tuès : nom ancien de la vallée de Quint +Lautier : Liotier (nom de famille) +Ruina , Roesnel : Ruinel (quartier de Die) +Aiglueun :Egluy +Mailletz : Maillet (nom de famille) +Richauva :Richaud (idem) +Gressa :Gresse (nom de famille et de commune) +Rainautz : Reynaud (nom de famille) +Pontais : Pontaix + Chapaiz : Chapays (nom de famille) +Davi : David (idem) +Disders : Didier (idem) +Acharda :Achard (idem) +Archimbautz : Archimbaud (idem) +Conchas : Conches (quartier de Die) +Galantz : Galand (nom de famille) +Lambertz : Lambert (idem) +Justi : Justin (canton cadastral et montagne) +Blacha : Blache (nom de famille) +Rambautz :Rambaud (idem) +Faviers : Favier (idem) +Chapiac : Chapiat (quartier de Die) +Ameilz : Miellons (idem) +Bo vesin :Beauvoisin (idem) +Audo :Oddon (nom de famille) +Ais : Aix +Bovet : Bouvet (nom de famille) +Bel Fayn : Beaufayn,Beaufays  (canton cadastral) +Armantz : Armand (nom de famille) +Bernatz : Bernard (idem) +Chabertus :Chabert (idem) +Paians : Payan (idem) +Forniers : Fournier (idem) +Finas : Fine (idem) +Truchafauz : Truchefaud (idem) +Comba Grimaud : Combe Grimaud (canton cadastral) +Ranceuz : Ranceaux (idem) +Borreu : Borel (nom de famille) +Florenz : Floreaux (canton cadastral) +Seyeleyras : Salières (idem)   Il en est de même pour Montmaur (anciennement Montmaior) Ainsi par exemple Chauvi est Chauvin (nom de famille), Bal sont les Baux (canton  cadastral et falaises) ,Auseleoira est Solaure (canton  cadastral et montagne),Peira Grallieta est Pierre Graillette (canton cadastral),Boillana  est Boillanne (nom de famille) , Reis est  Rey (nom de famille),Esconaveta :Esconavete (ruisseau de Montmaur) et  pour Aurel (Aureuz) par exemple Berchauz :Berchaud (nom de famille),Enpaita :Empeyta (idem),Marcels :Marcel (idem),Colomba : Colombe (ruisseau d’Aurel),Bauti :Bautin (nom de famille) etc… Ceci n’est qu’un aperçu car on trouve encore beaucoup d’autres noms en feuilletant les 71 pages du censier.


[1] Registre sur lequel sont portées les contributions du cens, le cens étant une redevance fixe que le possesseur d’une terre payait au seigneur féodal.

[2] Cousin du Dauphin de Viennois Guigues VII  et évèque de Die de 1245 à 1276

[3] Historien crestois (1836-1910), auteur de nombreuses recherches sur le Dauphiné.

LA PESTE A DIE en 1507

Par le Chanoine Ulysse Chevalier

Nous vous proposons aujourd’hui  la transcription  intégrale d’un texte du chanoine Chevallier relatif à l’épidémie de peste qui se manifesta à Die en 1507. Ce texte est extrait du tome II de son Essai historique sur l’église et la ville de Die

« L’année 1507 laissa de tristes souvenirs. Le 3 février furent créés syndics Antoine Bolard, bachelier en l’un et l’autre droit, et Etienne Masseron, marchand. Dès leur entrée en charge, ils durent se préoccuper des mesures  à prendre pour préserver la ville de l’invasion de la peste, qui sévissait à Romans, à Montélimar, à Valence, et qui venait de faire son apparition à Saillans. On réclama au doyen Jacques Roy les clés de la porte Bornenche ; on ferma la porte de Romeyer et les brèches des remparts. On renouvela les conventions avec le médecin Jacques Cabrières. Le 19 mars, un certain Barthélémy Bonnet, qui était allé à Montélimar, dut à son retour commencer une quarantaine, avant de pouvoir entrer dans la ville. Il fut tout d’abord décidé qu’il n’y aurait pas cette année de prédications pendant le carême, afin d’éviter les nombreuses réunions réputées dangereuses en temps d’épidémie ; mais on changea d’avis ; on eut un prédicateur, à qui le conseil vota le 12 avril une somme de 10 florins. Le 15, le conseil s’émut des nouvelles alarmantes qu’on recevait, et décida que la garde des portes serait faite avec plus de vigilance, à tour de rôle, par les chefs de maisons, Malheureusement, toutes les précautions furent vaines. Le terrible mal pénétra dans la cité. Ce fut le 2 juin qu’eut lieu le premier décès. Antoine Eyrole, de Saillans, mourut chez son parent Jean Eyroles. On l’ensevelit à Saint-Magne, dans une fosse très profonde. Toute la famille Eyrole et toutes les personnes qui dans ces derniers jours étaient venues visiter le malade furent expulsées de la ville et reléguées à Saint-Cors, où on leur faisait porter des vivres. Les syndics eurent tout pouvoir pour expulser les suspects. Le 16 juin, nouveau décès dans la maison de Gabriel Ismidon. Cette famille fut aussi envoyée à Saint-Cors, où l’on fit construire une baraque en planches pour la recevoir. Le fléau ne tarda pas à se développer, et il fallut prendre un homme pour ensevelir les morts, un carabin, comme on disait en ce temps-là ; on lui promit pour ses gages, durant six semaines, 6 florins, 1 sétier de blé et un baral de vin. Le conseil loua un autre homme pour porter à domicile des secours aux malades.

Les décès de multiplièrent et causèrent une sorte de panique ; aussi, dès le commencement de juillet, toutes les familles qui en eurent les moyens quittèrent la ville et allèrent se fixer à la campagne. Cédant également à la peur, les deux syndics Jacques Agrivol, notaire, qui le 2 juin avait remplacé Antoine Bolard démissionnaire, et Etienne Masseron, annoncèrent au conseil réuni le 6 juillet, qu’ils n’entendaient pas servir la ville pendant la peste et qu’il se retiraient à la campagne avec les leurs. Deux zélés citoyens, Jean Clot, notaire, et Jacques de Fays, consentirent à les remplacer. Le conseil les investit d’un pouvoir absolu, tout le temps que durerait l’épidémie, et laissa à leur disposition une somme de 100 florins pour aviser aux mesures nécessaires. Ils s’adjoignirent Jean Cloteyraud, Perceval David, Jean Bonnet et Mathieu Artaud, leur donnant à chacun 5 florins par mois, et expulsèrent impitoyablement de la ville tous les  infects. Nous ne sommes pas renseigné sur le nombre des victimes de cette terrible épidémie, nous savons seulement que le 1er septembre tout danger avait disparu. Jean Cloche et Jacques de Fays  s’étaient acquis les droits à la reconnaissance publique. Le conseil les maintint dans la charge qu’ils avaient si courageusement acceptée. Le 18 novembre, le conseil décida que tous les linges des maisons contaminées seraient portés par des carabins dans les eaux de la Drôme et y demeureraient deux jours entiers ; que toutes les pailles des lits seraient brûlées.»

La rue de la Chèvrerie à Die, aujourd’hui rue Jean-Jaurès

par Sylvaine Laborde-Castex

Aujourd’hui si vous ouvrez un plan de Die, vous ne trouverez plus la rue de la Chèvrerie. Cette rue a changé de nom le 26 mai 1921 sur décision du conseil municipal. Depuis, elle porte le nom de Jean Jaurès, cet homme politique français qui fut assassiné le 31 juillet 1914, à la veille de la Grande Guerre. Pacifiste, le député socialiste (SFIO), fondateur du journal l’Humanité était un fervent pacifiste qui avec l’internationale ouvrière a tenté d’empêcher la guerre. Jean Jaurès (1859-1914) est aussi l’un des rédacteurs de la loi de séparation de l’église et de l’Etat de 1905

La rue est située dans le centre ancien de Die, quartier Saint-Pierre. Elle débouche sur la place A. Ferrier, traverse après avoir rencontrer la rue Terrot, pour ressortir tranquillement sur le boulevard des Ursulines. Dans leur livre « Die au fil des siècles, Charles et Jean Béranger expliquent que « ses habitants qui se sentent mal honorés » demandent au conseil municipal que leur rue change de nom. La décision du conseil municipal mentionne que les habitants de la rue trouvent ce nom »grotesque et démodernisé ». Sous la plume de Jacqueline Saviard, on peut lire dans un article écrit en 1995 dans le quotidien régional, le témoignage de Mme Algoud une habitante de la rue lui a confié qu’en fait la demande émanait plus spécifiquement d’un habitant de la rue Monsieur Boiche. « Il faut savoir que son nom en patois signifie « bouc », ce qui, on peut le supposer donnait lieu à des plaisanterie peu subtiles» explique t-elle. « Monsieur Boiche étant lui même conseiller municipal, il fut facile de demander le changement de nom de sa rue et d’en obtenir satisfaction ». (1) Dans le compte rendu du conseil paru dans le Journal de Die du 28 mai 1921 on apprend que plusieurs noms ont été proposés par les signataires pour renommer la voie et que «le conseil a retenu celui « de Rue Jean-Jaurès.» Dans cette période d’après guerre, le pacifisme et les mouvements pour la paix se développent, on peut donc penser qu’honorer un grand homme comme Jean-Jaurès qui s’était fortement opposé à ceux qui avait pousser la guerre, allait de soi. Rappelons que la ville a perdu plus d’une centaine de poilus et qu’au même moment les conseillers municipaux réfléchissent à l’érection sur une place de Die, d’un monument aux morts (sur lequel sera inscrit 128 noms de soldats de la Grande Guerre).

Rue de la Chèvrerie Quand à son ancienne appellation la rue de la Chèvrerie, tient son nom d’un petit atelier d’abattage pour le petit bétail (le gros bétail étant abattu place du Mazel). Dans son Essai historique sur l’église et la ville de Die, Jules Chevalier évoque les libertés des habitants de Châtillon, Saillans et Die en 1378. « après avoir juré les libertés de Die, Guillaume Chalhol agréa une supplique des Diois, tendant à obtenir l’autorisation d’établir un abattoir spécial où l’on tuerait des chèvres pour la boucherie. Par des lettres du 16 juillet, il permit la vente de cette viande et approuva le choix de l’emplacement de l’abattoir, hors de la ville, du côté de Saint-Pierre. Le 3 novembre suivant, le chapitre donna son assentiment à la nouvelle création. » Selon les archives de Mme de Félines à Die explorées par Chevalier « l’emplacement est ainsi désigné : locum sive plateam ubi erat una grangia sive domus confrarie dol polanor, juxta bedale rivi frigidi » soit « à l’emplacement où était une grange de [la maison de la confrérie de Polanor ?], près d’un caniveau d’eau froide [canal].

Les chanoines autorisent alors la ville a avoir « macellum caparie, bancos, scamna… extra duo portail magna Dyen civitatis, in quitus et uni duntaxat et non alibi exercent macellum caprarie » une boucherie caprine, avec bancs et échelles [il s’agit sans doute de bancs de découpe et d’échelles d’éviscération] « à l’extérieur des portes de la ville, dans le calme et uniquement et sans autre activité que la boucherie caprine ». De cette activité, Die a gardé longtemps le souvenir. Et lorsque vous vous promenez dans la rue, en levant quelque fois le bout de votre nez, vous pouvez apercevoir d’anciennes portes de granges, des poulies qui témoignent que l’activité agricole des habitants persista encore longtemps au sein de la ville de Die.

note 1

Le recensement de la ville de Die en 1921 confirme qu’une Famille Boiche habitait bien la rue de la Chèvrerie. Par contre Louis Boiche a été élu conseiller municipal lors d’une élection de 1923, soit deux ans après cette décision.

Sources

BEAUMIER, BOLLE, DAUMAS, DESAYE, FAVIER, LALLEMENT, LELIEVRE, « Die, Histoire d’une cité ». Ed. Patrimoine de la vallée de la Drôme. 1999 BERANGER, Charles et Jean, « Die au fils des siècles », 1977, Die, Ed. Cayol (p. 307). CHEVALIER, Jules Essai historique de l’église et de la ville de Die. 3 tomes, 1888-1909, Montélimar Valence. Presse locale : Journal de Die du 28 mai 1921 et édition locale du Dauphiné Libéré de 1er septembre 1995.

Rue des Quatre Cantons à Die par Sylvaine Laborde-Castex

Pour ne pas tourner dans les quatre coins de votre pièce, aujourd’hui allons faire un tour dans la rue des Quatre cantons.  

Cette rue est située au coeur de la ville, dans le centre historique de Die entre la rue Emile Laurens et la rue Jean-Jaurès et la rue Anglaise. Vous êtes nombreux à penser que cette rue fait référence à la division administrative du département. N’y avait-il pas quatre cantons dans le Diois : Châtillon-en-Diois, Die, Luc-en-Diois et La Motte-Chalancon ? Vous oubliez Saillans, ça fait donc cinq ! Le compte n’y ait plus.   Il faut donc chercher ailleurs… peut-être dans les anciens glossaires et cadastres.

Autrefois (jusqu’au milieu du XIXe siècle), tel que l’atteste le recensement de la ville de Die de 1851, cette artère portait le nom de rue des Quatre coins. En occitan : “coin” se dit canton ou cantou (1).

On peut alors voir un glissement sémantique entre l’appellation usuelle, le parler local en patois et la dénomination finale de la rue avec la « francisation » du nom. En provençal « cantou » veut aussi dire carrefour. Est-ce l’origine de ces quatre coins ? Il est vrai que la rue offre un carrefour entre les rues Cordeliers, Jean-Jaurès, le four et Anglaise. Autre particularité de cette rue, elle n’est pas linéaire mais constituée de deux parties, formée par deux parties de rues qui se coupent (2).

Alors est-ce l’origine de ces « quatre coins » ? Ce quartier a été particulièrement remanié au fil des ans, les travaux actuel de réfection des réseaux d’eau et d’assainissement dans une partie de la rue révèleront peut-être quelques nouveautés.